Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

jeudi 16 avril 2015

Paris, dialogues de printemps

Nous pourrons dire, si Dieu nous prête vie encore quelques décades, que le printemps 2O15 aura été une saison culturelle particulièrement riche, le seul regret que nous emporterons dans notre vie éternelle sera celui de n'avoir certainement pas pu déployer toute l'énergie marathonienne pour bénéficier des innombrables événements culturels qui, telles les primevères du renouveau, émaillent les quatre coins de la capitale. Avant que de quitter Paris pour deux semaines, je me suis octroyé trois visites muséales ou musicales où,... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 2 mars 2015

Préludes de printemps et vestiges de jours

 Février est passé, vite, tellement vite, que, délaissé par les occupations et une certaine inappétence, ce pauvre blog restera à tout jamais bancal d'un mois. Afin de mettre un terme au vide je me devais de me ruer sur mars en son premier jour, ce qui m'amène à prendre un peu de hauteur par rapport aux incidences du quotidien pour jeter un regard en arrière sur le deuxième mois de l'année et marquer une pause sur des promesses de printemps.En parlant d'élévation, du corps rassurez-vous, Sainte Thérèse d'Avila ne s'extasiant sur... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 15:51 - Commentaires [16] - Permalien [#]
dimanche 18 janvier 2015

Vingt ans, il y a vingt ans

Il y a vingt ans tu vivais tes vingt ans et tu partis sans demander la permission emporté par le blanc honni de la neige. Emmanuel... Tes facéties et ton innocence, ta candeur et ta désinvolture, tes rires et tes silences...Emmanuel multiple, Emmanuel labyrinthique, mais toujours Emmanuel noble et généreux. Longtemps les clochards du quartier de Mériadeck se sont souvenus de leur "petit prince" qui arrêtait sa planche à roulettes pour partager son sandwich.Jamais je ne t'ai entendu médire et, pourtant, tu savais aussi les... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 21:39 - Commentaires [14] - Permalien [#]
mardi 30 décembre 2014

Par-dessus l'épaule

Une roue, figée entre ciel et sable se profile sur l'horizon de la plage d'Arcachon en cette fin de mois de décembre.Immobile comme si entre deux cycles, entre fortunes et infortunes, promesses et afflictions, le cercle vide posait l'énigme du futur sans oser faire encore le solde de tout compte d'une année. Encore une fois Noël a réuni les familles autour de la douceur des mets, la tendresse des affections et l'amertume des absences imposées comme des sanctions ; l'enveloppe lisse des solidarités familiales cache... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 07:16 - Commentaires [10] - Permalien [#]
mardi 2 décembre 2014

Les cimetières meurent aussi...

Épiceries, boucheries, boulangeries et cafés ont emporté, avec leur disparition, la sociabilité de nos villages qui s'étiolent ; les centres commerciaux qui ceinturent et asphyxient nos villages maintiennent encore une agitation consumériste où l'on se croise sans se voir dans la ronde névrotique des caddies avides de produits conditionnés.Fourmis à l'âme en carte bleue bruissant mécaniquement dans la laideur sans concession des hangars arborant la vulgarité indiscrète de leurs enseignes en un hymne au Veau d'Or de pacotille.Seuls les... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:18 - Commentaires [15] - Permalien [#]
mardi 21 octobre 2014

Octobre flamboyant

Octobre, mois des brumes, des vapeurs rampantes au-dessus des étangs et des cours d'eau, mort programmée des fleurs et agonie des feuillages en marcescences de somptueux Arlequins.Vous y croyez vraiment ?Eh bien, en ce temps de saisons déréglées (n'est-ce pas ma bonne dame ?), après un été automnal nous vivons un été de fulgurances ensoleillées en plein mois d'octobre.S'il n'était les rousseurs resplendissantes de la canopée, la langueur de nos chaises-longues, sorties pour la première fois de l'année, nous enivreraient des abandons... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:07 - Commentaires [9] - Permalien [#]

mercredi 1 octobre 2014

Clamores silentii

Clairvaux, onzième festival de musique Ombres et Lumières.Festival amputé d'un tiers, réduit à quatre concerts en deux jours, budget oblige ; jamais l'argent n'aura autant envahi les esprits qu'en cette époque de pénurie et donc d'économies à tous les niveaux et dans tous les domaines...L'approche du lieu choisi par Saint Bernard pour fonder son abbaye est toujours aussi riche en émotions intenses. Site cultivé conquis au sauvage, espace de lumière prisonnière enserrée en ses murs eux mêmes ceints de forêts, vous... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 21:50 - Commentaires [10] - Permalien [#]
dimanche 31 août 2014

Madame, nous ne vous aimons pas

Nous ne vous aimons pas, Madame, encore que vous concernant je ne sais ce que peut vouloir dire ce qu'est l'aimer ou le non aimer, preuve en est, dans l'indigence de ses placards, vos amoureux de Brachay, village voisin du mien et qui vous fait un triomphe, se diluent dans l'impersonnalité du "on" ; alors, Madame, non, nous ne vous aimons pas, ne serait-ce que pour rétablir une orthodoxie syntaxique ignorée par vos idolâtres ; car voyez-vous, Madame, aimer la France c'est peut-être aussi respecter sa langue qui fut celle de l'Europe à... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 14:39 - Commentaires [20] - Permalien [#]
mercredi 27 août 2014

Toledo pas si connue ; San Juan de los Reyes

Azur et ocre-rouge, remparts découpés avec précision sur un ciel implacable. Toledo.Je vous invite à franchir la solennité guerrière de ces portes et à préparer mollets et souffle pour la montée abrupte vers la vieille cité médiévale où cultures, religions et siècles se superposent encore étonnamment vivants car rien ici n'a l'air préservé en "ville d'art" muséifiée. Tolède, bruissante et habitée, pulse encore et toujours de toutes ses sèves tel un coeur épris d'éternelle jeunesse. De la cité tissée de mémoires multiples nous tairons... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 08:13 - Commentaires [10] - Permalien [#]
dimanche 20 juillet 2014

Cycles et échéances

Tempus fugit, certitude vieille comme le monde, antienne obsédante ancrée dans le dérisoire de nos jours quel que soit notre degré de conscience, quelle que soit la force avec laquelle nous agitons les hochets de nos semblants de certitudes ou de croyances. Les cycles nous bercent, les échéances nous réveillent.Brutalement. Les cycles de la nature promettent à chaque saison morte une floraison à venir, mais qu'est l'avenir pour la fleur marcescente qui s'affaisse dans le néant ? Que lui chaut la capiteuse arrogance du lys de demain... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:29 - Commentaires [30] - Permalien [#]