Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

lundi 17 juin 2019

Humour au four

Deux préambules, chers lecteurs :
Ce billet, né d'une poussée de gaudriolesque humeur, ne fait nullement référence aux jeux de mots douteux de certain vieux monsieur indigne à l'oeil en trompe-l'oeil, pas plus qu'il ne vous gratifiera d'une enième recette de cuisine d'apprenti maître-queux semeur de bonne parole de queue de poële.
Non, ces quelques lignes ont pour but de vous livrer les tourments qui peuvent assaillir un condamné aux fourneaux lorsqu'il s'agit de donner à son plat un nom qui le fasse passer à la postérité, voyez? Quelque chose comme les crêpes Suzette, la tarte Tatin, le tourne-dos Rossini, etc, etc.

17 juin 2019 (4)

La bête est dresséa dans le four, venons-en maintenant aux différentes phases nécessaires à la transformation du malheureux volatile en succulent mets, apothéose pour les chantres de l'alchimie culinaire, abomination absolue pour les tenants des mitonnages végétaux, mais ainsi va le (notre) monde.
Premier point, il faut disposer de cet ustensile qui n'est pas un chapeau de Mexicain interprété par un Jeff Koons devenu potier, le plastique étant devenu fatal à la planète (et nous savons tous son opportunisme).
Donc, il est nécessaire d'acquérir ce plat, comment ? je n'en sais rien, c'est ma soeur Marie-Émilie, vestale des bizarreries du folklore espagnol, qui me l'a ramené de Logroño (connaissez-vous cette ville ? Moi non).
Seconde étape, vous asseyez le poulet (mort, vidé et plumé, ça va de soi) sur le cône qui s'érige au centre du plat en s'assurant, bien entendu, de la stabilité de l'ensemble ; puis dans la rigole circulaire vous disposez les légumes de votre choix.
Bien sûr, je passe sur les matières grasses, assaisonnements et autres herbes, la vocation de ce blog n'est pas en concurrence avec le Guide de la bonne cuisinière de madame C. Durandeau...

Puis, si votre mâchoire, cher lecteur, n'est pas encore décrochée d'ennui, vous revenez à la magnifique illustration de l'incipit, et la boucle est bouclée.

17 juin 2019 (1)17 juin 2019 (3)

17 juin 2019 (2)

Cependant, la toile de fond étant posée, reste en suspens la question primordiale qui me taraude l'esprit jusques aux tremblements de l'anxiété la plus extrême, alors je vous soumets mes suggestions, comptant sur votre inextinguible charité pour me délivrer de cet affreux questionnement :

J'ai, en premier lieu pensé à "poulet aux derniers outrages"; Trop passionnel

En second lieu j'ai exclu tout ce qui avait trait aux pratiques nous ramenant aux horreurs de cette ville dont la seule évocation fait dresser d'horreur les cheveux sur la tête et qui est associé à Gomorrhe (Au fait, quel était le vice de Gomorrhe ?)

Le supplice du pal m'est venu ensuite, mais, tant de radicalisme...

Alors, j'ai fouillé dans mes souvenirs littéraires et, je me suis rappelé que l'éditeur de mon cher Lautréamont portait pour patronyme le si noble nom de Poulet-Malassis.

Un poulet "Poulet-Malassis".
Qu'en pensez-vous ?

 

Posté par Henri_Pierre à 11:44 - Commentaires [21] - Permalien [#]

Commentaires

  • Hahaha.... pauvre bête !!! il me semble que c'est bien plus fatigant pour le volatile de cuire debout que couché.... faire le poirier 35 minutes me semble inhumain.
    C'est de la maltraitance caractérisée.
    Bises et bon app'

    Posté par Catherine D, lundi 17 juin 2019 à 11:52
  • RIP

    J'aime beaucoup le "Poulet Malassis", car c'est un doux euphémisme de dire qu'il est effectivement en mauvaise posture. Même si je n'aurai jamais le loisir (ou le plaisir, connaissant tes talents de chef) de déguster ce plat, je peux également suggérer "Games of throne" (trop connoté série à succès), le "Poulet sur l'os-séant" (jeu de mots pas terrible), le "Poulet pas si pal" (espérons qu'il soit doré), "L'enfilade de poulet et sa suite de légumes" (version gastronomique), "Ca fait du bien par où ça passe" (version populaire), "Le bienheureux" (version romantique), "Le gode-poulet" (version pornographique)... Bon, j'arrête

    Posté par Giorgino, lundi 17 juin 2019 à 13:01
  • Hum....

    Malassis,; malais, empalé oui !

    Posté par Hepic, lundi 17 juin 2019 à 13:43
  • Poulet à...

    Cher PH,
    Ce plat de torture "pique" ma sensibilité...
    Au Québec, une version cousine de cet outil de cuisine (!) existe également.
    C'est un genre de Wok pouvant aller au four (ou dans le Bar-B-Q), dans lequel on pose une canette de bière, décapsulée bien entendu. La petite bête à plumes enfourche la canette et cuit donc à cette odorante et douce évaporation, se métamorphosant alors en délicieux poulet à la bière... Vous connaissiez sans doute. Il est bien simplement et très originalement appelé "poulet à la bière".
    Mais dans le cas qui vous questionne, j'oserais suggérer avec gaillardise "Poule à califourchon" que je recommande toujours de manger avec les doigts!
    Bon appétit!
    http://qc.allrecipes.ca/recette/1763/poulet-bbq---la-bi-re.aspx

    Posté par Jean-Raymond, lundi 17 juin 2019 à 18:08
  • Bien sûr, mon précédent message s'adressait à HP et non PH équilibré ou pas!

    Posté par Jean-Raymond, lundi 17 juin 2019 à 18:09
  • Pollo en capirote

    Lo que me he podido reír viendo el pollo colocado es este artilugio mágico. No lo conocía, pero me da la sensación de que el resultado debe ser estupendo, porque la grasa que cae del pollo cocina las verduras y la salsa debe ser fantástica.
    Lo he titulado pollo en capirote porque me recuerda los capirotes de los nazarenos en Semana Santa, aunque también le va bien el modo de sombrero mejicano.
    Estoy deseando probarlo en directo.. mmmmmmm....!!!

    Posté par Macu, lundi 17 juin 2019 à 19:25
  • j'arrive

    Et j'aurais vu un artichaut empalé ainsi, pour le fun, cactée, caqueter quoique pas facile ! bisous rôtis

    Posté par Marie, lundi 17 juin 2019 à 20:10
  • @ Catherine D

    Mais il ne fait pas le poirier, il est "assis" sur son fondement. Et puis, il était délicieux, na !

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 15:53
  • @ Bruno

    Mon si cher, quelle verve, j'aurais dû t'appeler avant que d'écrire, mais du coup, le billet aurait-il eu sa raison d'être ?
    J'avoue, que tout bien pesé, celui-ci me ravit : "L'enfilade de poulet et sa suite de légumes"
    Grand merci, et, sans vouloir réveiller la polémique marrakchie, tu ne sais pas ce que tu perds, non pas à échapper à la position de l'animal, mais à ne pas goûter au délicieux plat.
    T'embrasse si fort

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 15:58
  • @ Hepic

    Rassurez-vous, il était mort au préalable. Tant mieux pour lui, quoique...

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 16:00
  • @ Jean-Raymond

    H-P ayant un PH équilibré y a aussi trouvé son compte...
    Merci pour cette recette à la bière qui élargit le champ des supplices post-mortem des hôtes de nos basses-cours.
    J'avoue que "poule à califourchon" me semble tout de même un peu cavalier...

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 16:04
  • @ Macu

    Pues mira, prima, lo podemos instituir como plato tradicional de semana santa, puesto que ya existe el pavo de navidades y el cordero pascual, llamandole "pollo capirote"

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 16:07
  • @ Marie

    "j'arrive", "j'arrive" et, comme sœur Anne, je ne vois rien venir...
    Dépêche-toi, enfin, le poulet sera froid !

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 16:08
  • D'Olivier Bauermeister sur facebook

    Poulet-Malassis, que son ami Baudelaire s’était plu à surnommer « Coco Malperché ».

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 16:13
  • d'Anne-Marie parc de Creuse sur facebook

    "Coq en majesté ",mais si c'est un poulet !

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 16:14
  • De Pierre Perrin sur facebook

    Poulet à la coque, parce que le cul en l’air ?

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 16:15
  • De Mitzy sur facebook

    Ah j'adore le Poulet Malassis ! petite pointe d'humour et belle réalité ! et j'aimerai bien avoir un plat comme cela......cela change des traditionnels tournebroches qui le transperce de part en part ....

    Posté par Henri-Pierre, mardi 18 juin 2019 à 16:16
  • ... j'en apprends des choses !
    je n'ai pas de titre à proposer (suis nulle en cuisine... aussi !!)

    Posté par eva, mercredi 26 juin 2019 à 10:26
  • @ Eva

    De toutes façons, on ne parle pas la bouche pleine (rires)

    Posté par Henri-Pierre, mercredi 26 juin 2019 à 14:18
  • Ah ! Quel joyeux billet !
    Et que de bonnes idées !
    J'aimerais bien imaginer un nom très espagnol mais je ne maîtrise pas plus cette langue que l'art de cuisiner. Hélas.
    Que donnerait le poulet "malassis" ???
    Ah oui, quand même... en ce moment, je le goûterais bien à l'abricot !
    Voilà, du coup mon estomac crie famine. Ta faute alors que je dois me mettre au régime !
    Je t'embrasse néanmoins très fort.
    laura

    Posté par laura, mercredi 10 juillet 2019 à 11:10
  • @ laura

    Un jour, je t'en ferai un.
    Et d'autres plats aussi

    Posté par Henri-Pierre, mercredi 10 juillet 2019 à 15:59

Poster un commentaire