Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

vendredi 28 octobre 2016

Casablanca, sept ans plus tard

Absence de sept ans, sept ans sans préalable de réflexion, une parenthèse de sept ans parce que les circonstances, les empêchements, les atermoiements, les imprévus, etc. etc...
Casablanca, tu t'es dotée d'un tramway mais ton odeur est toujours la même, lourde et saline, saturée de miasmes marins, de vapeurs de carburants, de fritures de poissons et de cet indéfinissable je ne sais quoi qui transporté par les vents venus du large ou des terres caressent et agressent et finissent par te subjuguer alors que l'on se croyait au bord de la nausée.
Incompréhensible Casablanca, amoureuse d'espaces ouverts tu as préféré au métro ce tramway censé organiser ta chaotique circulation et, à le voir aussi bondé, on pourrait croire que le défi a été couronné de succès, eh bien non, le trafic est toujours aussi infernal et désordonné, tes artères engorgées au bord de la congestion battent un pouls arythmique et frénétique dans un concert des notes stridentes des divers avertisseurs de tes véhicules de tous genres scandés par les imprécations et disputes qui s'éteignent dès que l'on fait semblant d'en venir aux mains. Tiens, un scooter a été renversé sans autre dommage qu'une autre altercation gesticulante.
Finalement arriver à destination n'est jamais qu'affaire de temps, et comme il est de si mauvais ton d'être pressé !
Et puis, peut-être, ce nouveau pont à haubans en construction qui enjambera tes carrefours et tes rails finira t'il par canaliser le flux et te doter enfin de la quiétude provinciale de Paris ? Pardon, chers lecteurs Parisiens, mais tout n'est que question d'échelle.

IMG_2495

Casablanca l'insaisissable, mutante et toujours identique à toi-même,  tu as transformé, il y a quelques petites décennies, autant dire un siècle, ton vieux quartier du Maarif, où il faisait si bon déguster la kémia en terrasse à l'heure de l'apéritif, en jumelle de Manahttan, mais mutatis mutandis tu as phagocyté le changement et l'esthétique à la Bofill qui ont fini par s'amalgamer aux architectures coloniales qui, de l'Art Déco aux clapiers des années soixante en passant par les immeubles paquebot  des années trente et quarante, font de ton coeur un musée à ciel ouvert.
On pouvait penser que tu marquerais une pause, mais non, les quartiers d'affaires et les technopoles surgissent du sol comme champignons après averse ainsi que les campus universitaires.

IMG_2531IMG_2514

IMG_2548

 

 

 

Ton dernier caprice ? Ce mall géant qui, sur ta célèbre corniche succède aux anciennes discothèques comme le Zoom-Zoom et la Notte où du temps de ma jeunesse on "allait en boîte", mais déja caviardés de MacDo et autres KFC aussi tapageurs qu'incongrus en ce lieu.

IMG_2452

Mais revenons à ce fameux mall dont tu es, Casablanca, si fière ; ce temple gigantesque où l'on adore le veau d'or et tous ses saints aussi nombreux que cosmopolites tels que saints Dior, Vuitton, Fendi, et aussi leur petit parèdre Tati chacun dans sa niche clinquante mais qui recèle cependant en son coeur un aquarium géant où un petit requin tourne comme ours en cage sous les traits dorés et chatoyants des nombreusesautres espèces qui peuplent le cylindre ; la paroi reflète les humains éberlués et les poissons doivent penser qu'ils n'ont pas l'air bien intelligents bouche bée en leur étonnement. En annexe une salle de cinéma en forme de dirigeable affiche le culte et les horaires dédiés aux autres divinités des block busters américains.

IMG_2423IMG_2457

IMG_2436

N.B. Les temps anciens nous on légué de pyramides en cathédrales des chefs d'oeuvre d'architecture qui, même vidés de leur vocation initiale, témoignent par dela les siècles des aspirations de nos ancêtres et je me réjouis de la précarité des édifices de notre époque voués à disparaître en quelques décennies ce qui nous épargne une belle honte posthume.

IMG_2572

Là où ton vrai coeur, Casablanca, continue à battre au rythme des nostalgies séculaires, les nôtres et celles de nos prédécesseurs, là où ta vocation portuaire et commerciale te reliant au vaste monde, là où ton énergie innovatrice et conquérante sont nés, c'est autour de la vieille médina, l'ancienne ville mauresque, le port d'Anfa,  où s'établit la première "Résidence", c'est là qu'il faut aller les chercher car de là s'étendit la fièvre immobilière qui donna à la médina son auréole de blancs immeubles auxquels tu dois ton nom désormais célèbre.

IMG_2596

IMG_2600IMG_2618

 

 

 

La troublante atmosphère du film de Michael Curtiz "Casablanca" (1942) est entretenue par la reconstitution du fameux café Rick's au détour d'une ruelle longeant le vieux port ; plus loin le cinéma Le Rialto aux enseignes Brodway a encore fière allure malgré l'empâtement des couches successives de peinture. On ne sait plus si ce monde interlope de périls séduisants et d'amours fatales s'est intégré aux pavés qui exsudent encore les drames dont ils se sont imbibés ou si, la nuit venue, les réverbères fantomatiques n'éclairent toujours pas la scène du jeu des tentations et des règlements de comptes.
Je retrouve avec plaisir la brasserie La Chope où il y a si longtemps je sirotais des bières en terrasse ce qui n'est plus en nos temps si observants en façade possible (rassurez-vous, à l'intérieur bière et alcools sont toujours servis), mais plus loin le sélect club Seamen's survit au milieu des ruines du quartier de docks en pleine reconstruction, le vieil établissement où l'on déjeune toujours de poissons et de bières sous les arbres de sa salle à ciel ouvert s'est fardé de couleurs criardes comme pour clamer sa détermination à vivre au milieu des gravats prometteurs d'avenir.

IMG_2642

CIMG8332IMG_2469

La ville coloniale garde encore fière allure surtout le long des avenues remodelées par le tramway, mais pour le reste les beaux immeubles s'écaillent et se lézardent à l'envie ; les Casablancais ont bien pris conscience de cette incurie qui injurie les artères il n'y a guère si élégantes, alors on pense aux restaurations, mais le quartier s'étant paupérisé, comment reloger et réhabiliter ?
En attendant que la quadrature du cercle accouche d'une solution nous avons échappé au pire: ni enrouleurs en PVC ni devantures au luxe indiscret ne sont venus injurier les nobles façades.

IMG_2536

IMG_2534IMG_2520

Nous ne saurons jamais, Casablanca, quelle est ta vraie nature de la cité fantasmée de nos mémoires collectives ou de la mégalopole tentaculaire qui se projette avec ardeur vers un futur de béton et d'acier ; mais cela, ville mosaïque, fuyante et protéiforme, ne demande aucune réponse, l'ennui des adolescences désoeuvrées du dimanche, l'éclat de certains visages et les modes de traction immémoriaux qui subsistent filent la toile de ton intemporalité au milieu de tes convulsions.

IMG_2598IMG_2681

IMG_2626

A te revoir Casablanca, avant sept ans, c'est promis, je reviendrai voir si tu as stabilisé le remodelage de ton centre administratif en complet chamboulement avec les réaménagements de tes jardins et la construction d'un nouveau théâtre.
Peut-être même seras-tu déja passée à autre chose...

IMG_2504

 

 

Posté par Henri_Pierre à 10:16 - Commentaires [18] - Permalien [#]

Commentaires

    C'est toujours avec délice que je te suis dans tes pérégrinations... Grand merci !
    Mais cette fois, je n'en fais pas une crise jalousie et, si tant est que j'en ai jamais eu l'envie, je ne mettrai pas Casablanca sur la liste de mes désirs... Marrakech, Fès et Volubilis me suffiront...
    Il faut dire que je n'ai pas, comme toi, des souvenirs à réveiller...

    Posté par Laura, vendredi 28 octobre 2016 à 16:31
  • ...ben moi, je te suivrais n'importe où !..Je te suivrais et tes souvenirs deviendraient les miens... )

    Posté par eva, vendredi 28 octobre 2016 à 17:32
  • @ Laura : Je vais te faire une confidence chère Laura : Casablanca est comme une courtisane de haut vol, elle ne suscite pas de désir à priori, accueille le visiteur avec presque indifférence, et peu à peu, elle instille son charme, enveloppe de séductions savantes et calculées et, si grand est sa science de la séduction, que tu ne peux plus t'en passer.
    De plus la ville est tellement chargée d'Histoire et d'histoires que ta valise de souvenirs devient accessoire

    Posté par Henri-Pierre, vendredi 28 octobre 2016 à 17:41
  • @ Eva : La prochaine fois que nos routes convergeront ici ? J'aurais grand plaisir à te guider en "mon" Casa

    Posté par Henri-Pierre, vendredi 28 octobre 2016 à 17:42
  • Pour dire vrai Henri-Pierre, je n'ai pas eu le temps à Casa, de faire autre chose que rouler doucement dans le quartier Anfa... mais j'aurais tant voulu visiter plus amplement... en particulier ces superbes villas coloniales Art Déco (qui sont si mal-vues par les hatitants je crois... juste à cause de leur origine). J'adore tes photos du pauvre "petit requin" qui tourne sous l'oeil perplexe des visiteurs. J'adore tes photos et tes mots qui me font voyager...

    Posté par eva, vendredi 28 octobre 2016 à 18:51
  • @ Eva : Les villas d'Anfa sont pour la plupart occupées par de riches Marocains (beaucoup d'industriels) à cet effet il y a un film qui en dit long c'est "Marock".
    Je te remercie de tes compliments qui me touchent beaucoup

    Posté par Henri-Pierre, vendredi 28 octobre 2016 à 19:25
  • Casablanca a entré dans le XXIé.... ce que ne signifie pas que soit le mieux....

    Posté par Jag, lundi 31 octobre 2016 à 20:33
  • "La maison blanche "

    Tes écrits ensorcelants me font découvrir cette ville qui, sous ta plume, palpite, bien vivante et charnelle ! Peut-être un jour je poserai mon regard sur ses charmes !

    Posté par Catherine, lundi 31 octobre 2016 à 20:50
  • @8 Catherine : Et vous ne serez pas déçue, croyez-moi. Merci de votre visite.

    Posté par Henri-Pierre, mardi 1 novembre 2016 à 11:12
  • @ Jag : Mais Casa sait se transformer sans perdre son âme. Estoy seguro que te encantaria

    Posté par Henri-Pierre, mardi 1 novembre 2016 à 11:14
  • Bonjour autexte et à l'ami.

    Cher Henri-Pierre, quel délice de retrouver tes vagabondages au-delà de la méditerranée. J'ai ouvert grands les yeux, respiré les odeurs, ai reçu les bruits sonores d'une ville en effervescence et retrouvé le calme de la médina. J'ai découvert une ville inconnue grâce à toi et les souvenirs d'un passé lointain qui garde encore quelques traces fissurées de tes passages. Baisers amitié à toi en ce jour du souvenir. Pierrette

    Posté par Pierrette, mardi 1 novembre 2016 à 11:47
  • @ Pierrette : Merci de ton passage ici chère amie et je suis ravi de t'avoir fait connaître un peu "l'air de Casablanca", ou plus exactement de "mon" Casa tel qu'il m'apparaît ou peut-être que je le désire. Saurons-nous jamais quelle est la part de reçu ou de construit surtout lorsque l'émotion s'en mêle ?
    Je t'embrasse.

    Posté par Henri-Pierre, mercredi 2 novembre 2016 à 08:19
  • Baisers montmartrois chaleureux en retour Henri-Pierre

    Posté par Pierrette, mercredi 2 novembre 2016 à 11:25
  • @ Pierrette : Merci amie

    Posté par Henri-Pierre, mercredi 2 novembre 2016 à 18:23
  • J'ai passé quelques heures seulement dans la ville de Casablanca, je ne peux donc pas dire que je la connais....mais il est vrai qu'en sept ans, une ville doit connaître bien des changements

    Posté par gazou, vendredi 11 novembre 2016 à 17:32
  • ces villes

    que j'avais dans le cœur
    cet océan qui me racontait des histoires
    il y a longtemps
    plus de 7ans
    je sais que je n'y retournerai plus
    ou alors dans un autre temps
    je t'embrasse ami

    Posté par jeanne, samedi 19 novembre 2016 à 11:43
  • @ Jeanne : Et si tu revenais ?
    La mer et la ville sont faites de souvenirs.
    Fidèle.
    Je t'embrasse ma Jeanne

    Posté par Henri-Pierre, samedi 19 novembre 2016 à 19:52
  • @ Jag : Nous aussi y sommes entrés, alors accompagnons les évolutions de la ville, tant qu'on n'oublie pas ses racines il ne faut pas se rogner les ailes.

    Posté par Henri-Pierre, samedi 19 novembre 2016 à 19:54

Poster un commentaire