Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

lundi 29 novembre 2010

Belleville-Babel

Inexorable saignée, montant d'est en ouest, de la place de la République à la porte des Lilas, la rue du Faubourg du Temple bientôt devenue rue de Belleville, grimpe tout là-haut, là-haut, vers ce qui n'était encore pas Paris au milieu du dix-neuvième siècle. L'artère file droit sans se laisser distraire au nord par le parc des Buttes-Chaumont et au sud par le cimetière du Père-Lachaise. Naguère épicentre du Paris populaire le souvenir de la gouaille des parigots, celle-la même de Casque d'Or et des marlous surineurs qui... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 20:39 - Commentaires [23] - Permalien [#]

mercredi 24 novembre 2010

Le temps de vivre ; le temps d'exister

"J'irai comme un cheval fou" ainsi titrai-je mon dernier billet, le 9 septembre, il y a 75 jours... Le cheval fou, après une escapade dans le Sud-Ouest, a rongé son frein, a marqué un coup d'arrêt.Après l'échappée belle, et de retour à Charmes, un accident domestique a cloué mon parèdre aux multiples fractures au sol, ou plus exactement sur un lit de douleur.Le cheval fou a déployé ses fièvres d'impatience et son énergie en tâches domestiques et soins ; les voyages prévus à Marrakech et à Madrid sont passés à la... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 20:00 - Commentaires [19] - Permalien [#]
jeudi 9 septembre 2010

J'irai comme un cheval fou...

Le Val me fait grâce, je suis libre, c'est la rentrée dit-on... eh bien moi je sors. J'irai comme un cheval fou ou comme mon chien fouJe prendrai mon envol.Les grilles se couvrent d'or et s'ouvrent sur l'azur immense.Comme un goëland je m'envole, l'espace m'appartient, mes ailes battent le nulle part où se confondent le ciel et l'océan, le nulle part qui est le tout.J'irai comme un cheval fou, ou, comme mon chien fou, je prendrai mon envol. . Comme ce faucon-Horus d'Égypte, les stridences de mon cri se confondront avec... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 23:21 - Commentaires [31] - Permalien [#]
samedi 4 septembre 2010

Interlude de saison

C'est une année à quetsches, à Charmes les branches croulent sous les beaux fruits aux tons d'encre flirtant avec les pourpres et les bleus, saupoudrés par une légère poudre duveteuse pour un effet des plus réussis, comme si la soie et le velours faisaient le pari ambigu des noces de leurs textures.La production est prometteuse et la récolte plus qu'abondante, dans le panier tressé par notre ami Stéphane D qui d'ingénieur biologiste passe au métier de vannier, les fruits de cette fin d'été vont intégrer la cuisine pour une mise à mort... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:04 - Commentaires [20] - Permalien [#]
jeudi 26 août 2010

Val de Grâce, un été à Paris

Juillet-Août, Paris bascule insensiblement du bel été aux prémisses rousses de l'arrière-saison, les élégants de Paris-Plage très "Deauville années 30" que vous apercevez dans le registre inférieur droit de la première vue ont dû remiser leur attirail délicieusement suranné dans les placards des espoirs futurs ; les tenues estivales des derniers vacanciers commencent à paraître incongrues, le temps fuit, file, glisse inexorable de restes de touffeurs en frais avertissements. Cet été dans un Paris infligé a été source... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 21:43 - Commentaires [13] - Permalien [#]
mercredi 14 juillet 2010

Papillons épinglés

30 juin, 5 juillet, d'Alsace en Bavière et de Wurtemberg en Alsace encore, une boucle d'attendrissements et d'émerveillements, de découvertes aussi, et, surtout, rencontre avec un personnage que l'Histoire a bien mal compris, ainsi que moi au demeurant ; vous allez m'entendre si vous acceptez l'invitation à regarder à travers le kaléïdoscope de ma mémoire les impressions éparses de ce périple riche d'émotions déja nimbées de l'irréalité de cette exceptionnelle chaleur que j'aime tant. Ne craignez rien, je ne vais pas dérouler un... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 01:21 - Commentaires [13] - Permalien [#]

lundi 28 juin 2010

Chaumont, une ville à l'heure du constructivisme

Un vent de culture souffle sur la Haute-Marne, Chaumont et Joinville-en-Vallage se sont mises à l'heure du constructivisme... Le cadre des anciens silos de Chaumont, intelligemment réaménagés en médiathèque et divers espaces culturels, se prête admirablement à la mise en scène de ces affiches d'un esthétisme vigoureux, grisé de cet espoir en des lendemains qui chantent et qui bientôt déchanteront.L'optimisme coloré des années vingt commencera à flirter avec la propagande socialiste lors de la décade suivante pour être enfin... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 18:59 - Commentaires [12] - Permalien [#]
mardi 1 juin 2010

Florilège

Printemps promis par les services météorologiques, par la logique et par l'espoir.Printemps différé après une brève parenthèse où les déjeuners dehors deviennent possibles. Mais pas pour longtemps.Mais les fleurs s'en moquent qui, des plus modestes aux plus précieuses, nous offrent des pavanes aussi colorées que vaines car sans lendemain. Les coucous, perce-neiges et jonquilles ne sont plus que des souvenirs et il en est de même pour les pâquerettes et les violettes.Violettes et primevères me ramènent à mon enfance ; quand,... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 20:15 - Commentaires [19] - Permalien [#]
mardi 25 mai 2010

Du matin au soir ou du soir au matin ?

Un homme mûr, plusieurs vies en une, des successions de petites vies pour faire une vie.Le kaléïdoscope de la mémoire se fige parfois en une image qui a l'air d'avoir appartenu à quelqu'un d'autre et dont pourtant l'émotion qui en sourd vous reste tellement proche. Parfois, comme lors de ce périple dans les fraîcheurs de ce printemps mort-né, les phases vécues, atones, se brouillent et se diluent pareillement aux paysages indifférenciés par la grisaille qui n'imprime aucune vibration aux vitres de l'automobile. Parce que la vie... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:43 - Commentaires [14] - Permalien [#]
lundi 3 mai 2010

Aimée la Bien-Nommée

Casablanca, il y a bien longtemps.Très longtemps... j'étais jeune coopérant. Marché central de la rue Colbert, des amis communs, reconnaissance, sourires partagés ; une invitation à dîner et une rose offerte en hommage à un sourire qui, déjà, m'avait conquis. Je tombai en assuétude de cet appartement de l'avenue Hassan II dont le salon à la baie courbe fut le théâtre de tant et tant de soirées, du simple dîner intime au bal masqué, qui jalonnèrent six ans de mon existence.   Aimée et  Maurizio recevaient avec un mélange... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:31 - Commentaires [18] - Permalien [#]