Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

mardi 29 avril 2014

Sillages

Chacun a les fidélités qu'il peut, il me semble faire de mon mieux pour cultiver les engagements du coeur et de l'esprit ; de la raison aussi. Parfois.Mais au sujet du parfum, non ; mon aspersion quotidienne papillonne de nectar en jus sans aucun autre objet que l'adéquation à la couleur du ciel, au vêtement, à l'état d'esprit ou tout simplement par caprice ou par curiosité.Bien sûr, j'ai mes accompagnateurs pérennes, Habit Rouge, Van Cleef et Mouchoir pour Monsieur ; ces trois fragrances ont définitivement rangé aux étagères des... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:06 - Commentaires [36] - Permalien [#]

samedi 5 avril 2014

Paris-Louvre, errances

Paris en ce mitan du mois de mars souriait sous le soleil prometteur des débuts de printemps ; pas de cours, aucune propension aux lectures ou aux études, la rue est là, la ville m'appelle, je cède et pars vers le musée du Louvre où des deux expositions, sans tapage ni feux d'artifice publicitaire, me garantissent la proximité intime avec les oeuvres regroupées dans un esprit bien loin de celui des "grandes expositions" vers lesquelles convergent les moutonpanurgiens de la culture.Bon, comme disait Jeanne d'Arc lors de son procès, et... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:58 - Commentaires [12] - Permalien [#]
vendredi 14 mars 2014

L'hiver verse en printemps, humbles beautés

Le printemps n'est encore pas là mais l'hiver n'est plus déjà ; les premiers jours de ce mois de mars ont surpris par leur rébellion éclatante contre les longues semaines où ondées et brumes ont brouillé les horizons et étouffé tout espoir de renouveau.Et là, ce matin, irisée de rosée et frémissante de lumières tremblantes, la terre secoue ses torpeurs et s'épanouit en sourires de début de monde. Signe du basculement vers la belle saison, la grande chambre d'angle, trop froide pour être habitée en hiver, a ouvert ses rideaux sur la... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 18:47 - Commentaires [12] - Permalien [#]
vendredi 7 mars 2014

Les mille et une pluies

Depuis hier il fait si soudainement beau qu'on a envie, en bonne autruche, de s'arrêter sur le fameux "carpe diem" , de croire que le printemps est là pour toujours et d'occulter la fin de la sentence, "quam minima credula postero".Tiens d'ailleurs, en relevant la tête, je constate que le soleil se voile de gazes, le bleu du ciel est déja compromis. De quelle durée sera, ou aura été la parenthèse ?Car de la pluie il y en eût ces derniers mois, omniprésente, obstinée, obsédante, mouilleuse d'os jusqu'à la moelle,... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:58 - Commentaires [17] - Permalien [#]
mercredi 19 février 2014

La déclassée

Ce matin en ouvrant une publication en ligne de "La Tribune de l'art", dans l'article consacré aux collections de l'abbaye de Montserrat, un regard qui me fuit m'accroche, s'ancre en moi et, pour prix de la délivrance de l'obsession infligée, m'exige la mise en mots cathartiques de l'émotion si intensément reçue. Passons vite sur le réel afin d'aller au vrai ; ce portrait est l'oeuvre de Ramon Casas peintre et affichiste Barcelonais, un peu un Toulouse-Lautrec d'outre-Pyrénées et qui fréquenta... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 09:23 - Commentaires [18] - Permalien [#]
lundi 30 décembre 2013

Une année à contre-courant

Quelques heures encore et Hop ! 2013 s'évanouit dans les abysses du passé...Vieux réflexe, on voudrait précipiter la fin de l'échéance pour balayer les tracas que ce coquin de sort nous a si généreusement distribués tout au long des douze mois passés. Curieuse contradiction n'est-ce pas que cette propension à vouloir précipiter un temps dont, au demeurant, nous déplorons la fuite? Nous savons tous pourtant que le compte à rebours commence dès notre premier vagissement, et peut-être même avant...Ma nièce Fabienne qui connaît bien, la... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 22:36 - Commentaires [18] - Permalien [#]

samedi 14 décembre 2013

Bordeaux, une renaissance

Bordeaux en octobre.L'automne se mourait en semblants d'été attardé, mais tout alentour, dans les campagnes, les vignes démentaient, par leurs pourpres et leurs rousseurs éclatantes, les faux-semblants.En ville c'est une renaissance qui, dans les azurs resurgis des oublis de l'Histoire et des crasses du Temps, grâce à une politique culturelle ambitieuse et à l'habileté d'artisans-archéologues, s'effectue sous nos regards émerveillés. Nous avons à déplorer tellement  d'incurie et tant d'abandons dans un monde où les... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:03 - Commentaires [10] - Permalien [#]
dimanche 3 novembre 2013

Carnet de vol... d'hirondelles

Dimanche 20 octobre, Bordeaux scintille de tous les ors d'un été attardé, n'étaient les quelques taches de rouille sur les frondaisons on ne pourrait croire à l'automne ; sur les quais bordés de façades classiques, le marché aux puces hebdomadaire livre aux convoitises du chaland les étalages ordonnancés des professionnels et les pathétiques désarrois hétéroclites des démunis.Goûtant nonchalament l'exquise douceur du soleil, clignant des yeux pour mieux m'étourdir du kaléidoscope coloré, mon attention est soudain happée,... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 23:24 - Commentaires [16] - Permalien [#]
lundi 23 septembre 2013

Ombres et Lumières. Clairvaux 2013

Trois jours de septembre, deux  jours de fin d’été et un premier jour d’automne.Vingt-deux septembre… Cette année l’équinoxe paré d’étourdissants et inespérés  habits de lumières s'est enveloppé dans la douceur tiède d'un été indien  pour tirer sa révérence à la saison chaude. Vingt-deux septembre, fruits mûrs et premières ombres allongées  des soleils déclinants.Vingt-deux septembre qui vit naître celle qui disparut un jour de printemps et dont les yeux aux lueurs imprévisibles  allaient si... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 23:27 - Commentaires [23] - Permalien [#]
mardi 13 août 2013

Vestiges de soleils

Il n’y a guère l’été régnait en maître incontesté,  il y a de cela très peu de temps, quelques jours, même pas une semaine, le ciel, vous souvenez-vous, tantôt d’azur tantôt chauffé à blanc semblait figé dans la touffeur qu’il dispensait ; le midi semblait éternel.Puis, soudain, un léger frémissement fit frissonner la léthargie des feuilles des grands arbres, le ciel se voila de tulles nacrés et quelques gouttes drues s’écrasèrent lourdement au sol tellement saturé de chaleur que l’évaporation instantanée fit ramper... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 20:25 - Commentaires [22] - Permalien [#]