Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

jeudi 15 décembre 2005

MON OEIL, TON OEIL, NOS YEUX ET LES CYGNES

Il n'est pas d'être plus double et ambigu que l'oeil, tout au long de sa vie il excelle dans le jeu complexe de proie et de prédateur L'oeil scrute autour de lui, s'approprie le monde et est même capable de déceler le vrai sous l'apparence, rien ne lui échappe d'un frémissement de paupière ou d'un tremblement de lèvres. On ne le lui joue pasà l'oeil.Mais l'oeil aussi, surtout si tu ne le contrôles pas est prêt à te trahir, il ne réfléchit plus, il s'ouvre comme une fenêtre sur l'âme et, indiscret, livre tes secrets les plus... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 18:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 14 décembre 2005

In memoriam

La neige vient, je le sens, pourvu qu'elle soit comme l'an dernier ! J'aime la neige qui redessine les architectures, adoucit les contours, ouate l'air, rend l'atmosphère abstraite et kidnappe les résonnances. Il s'appelait Emmanuel, il était très beau, c'était un Ange de l'hiver : Né un 4 décembreEnseveli par la neige un 18 janvierEnseveli dans la terre un 21 janvier. Je l'aimais, infiniment.Il m'aimait beaucoup, je le crois.Mais la neige et lui ont organisé ce départ sans autorisation. Cette période de "fêtes" est  depuis... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:43 - Commentaires [23] - Permalien [#]
mercredi 14 décembre 2005

Petits plaisirs...

Tout va bien, l'Amérique a exécuté son énième rédempté (rappellez-vous Carla Tucker en 1998). La "libération" de l'Irak roule ses flots de sang quotidiens, Sarko éructe toujours ses nanismes mentaux assortis à sa taille, etc. etc. Mais, il reste le plaisir de se coucher dans un lit refait du matin, propre et virginal comme si votre innocence allait renaître dans la nuit.(zut l'innocence reste dans les limbes) Le plaisir de se lever par cette froide journée en étant sûr du roboratif piquotement de l'air glacial dans les... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 00:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 8 décembre 2005

A la lecture de la plupart des blogs que j'aime et consulte régulièrement je constate d'irrésistibles diatribes stigmatisant la société de consommation. En ce début d'hiver cette salutaire déferlante est roborative et enthousiasmante. Il est vrai que le gaspillage effréné des biens de consommation, l'instrumentalisation obscène des corps à des fins de conquête de "parts de marché" (pouah l'immonde expression), l'exploitation indécente des liens affectifs et familiaux pour vous faire ingurgiter des produits douteux, vous envahissent... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 20:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 7 décembre 2005

Langueurs provinciales

La nuit est tombée très tôt. Les arbres immémoriaux, enveloppés d'insondable, se sont repliés sur les secrets dont ils sont dépositaires. Avez vous jamais entendu les secrets des arbres ? Il est vrai qu'il faut savoir leur prêter oreille...Ceux qui sont au bord de l'étang s'enivrent de leur reflet narcissique caressé par les branches des saules, ils sont gravides des errances des carpes et des trajectoires mortelles des brochets, les surfaces dormantes leur disent les luttes sans merci que les vases recèlent. L'étang est un monde... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:29 - Commentaires [6] - Permalien [#]
mardi 6 décembre 2005

L'habit ne fait pas le moine...

Il y a déjà quelques jours que je n'ai "alimenté" ce blog.Quelques jours "sans" (pour parodier Giorgino), mais pourquoi sans ? Les heures s'écoulent avec leurs palettes différentes, les affections réchauffent toujours l'âme autant que les absences la teintent de nostalgie (mais ça nous en avons l'habitude). Pourquoi cette stérilité devant une page blanche ? Bon, j'ai décidé de saisir le taureau par les cornes et ai pensé qu'un renouveau était nécessaire. Aussi tôt dit aussi tôt fait... Petit tour en ville... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]
vendredi 2 décembre 2005

Passage

Ce matin M.E.S. sait qu'il fait très froid dehors, Les rideaux tirés de sa chambre laissent filtrer la blafarde luminescence des temps figés. Aucun bruit ne vient de la ouate hivernale qui étouffe les sons de la ville. M.E.S. affronte la rue gaillardement, le talon conquérant, la poitrine crânement offerte au vent glacial. Les silhouettes des passants flottent imprécises dans un sfumato argenté. Les fards qui virent transforment en masques pathétiques les visages des ex-jolies-filles ; hiératique la mendiante trône dans ses... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:24 - Commentaires [7] - Permalien [#]
jeudi 1 décembre 2005

Première fois

Je suis très intimidé, comme devant une porte qui s'entrouvrirait devant l'inconnu. Bon, franchisons la quand même... Vous voici dans mon monde et pour commencer remontons aux temps de l'adolescence : Je  vous livre le seul écrit qui ait survécu aux destructions compulsives d'un jeune insatisfait. Les asphodèles d'or n'incendient plus les cieuxL'onde autrefois dansante de remous d'étincelles,Ne traîne désormais que le glauque universDes automnes pluvieuses.Et un homme...Un homme s'écorche à deux mains Aux branches de la... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:21 - Commentaires [5] - Permalien [#]