Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

mercredi 23 novembre 2016

Gurs. D'une souris et des hommes

Paris, boulevard de Sébastopol, un de ces magasins qui proposent livres et CD d'occasion, un étal dressé sur le trottoir présente une sélection hétéroclite d'ouvrages divers, et là, stupéfaction, un titre Mickey à Gurs s'impose à mon regard ; Le journal de Mickey de mon enfance associé au camp, où, Crescent, mon père, aviateur républicain de vingt ans (Cf. la photographie d'époque de mon fringant et séduisant géniteur) trouva refuge lorsque Franco mit l'Espagne en coupe réglée. "Gurs : Une drôle de syllabe, comme un sanglot qui ne... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:41 - Commentaires [10] - Permalien [#]

vendredi 28 octobre 2016

Casablanca, sept ans plus tard

Absence de sept ans, sept ans sans préalable de réflexion, une parenthèse de sept ans parce que les circonstances, les empêchements, les atermoiements, les imprévus, etc. etc...Casablanca, tu t'es dotée d'un tramway mais ton odeur est toujours la même, lourde et saline, saturée de miasmes marins, de vapeurs de carburants, de fritures de poissons et de cet indéfinissable je ne sais quoi qui transporté par les vents venus du large ou des terres caressent et agressent et finissent par te subjuguer alors que l'on se croyait au bord de la... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 10:16 - Commentaires [18] - Permalien [#]
samedi 8 octobre 2016

Entre deux "treize" en deux tableaux

Octobre, 31 jours ; 31, un treize cul par dessus tête.Octobre mille sept cent soixante treize. Octobre mille sept cent quatre vingt treize.16 octobre 1773, 16 octobre 1793, entre ces deux pinces des tenailles de l'Histoire, vingt ans d'une courte vie, celle d'une ravissante jeune femme bientôt reine et celle d'une femme vieillie avant l'âge fanée prématurément par l'opprobre et la brutalité des événements et qui n'est plus qu'une reine déchue : Marie-Antoinette...Je devance le 16 de ce mois d'octobre 2016 pour ne pas gêner par une... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 15:40 - Commentaires [6] - Permalien [#]
samedi 6 août 2016

Varangues

L'écriture est une maîtresse capricieuse, l'appel de votre table à écrire se fait insistant, pressant, impérieux et, enfin installé à votre bureau, le doute, le "à quoi bon", un vide mental vous paralysent et c'est ainsi que vous abordez les rivages de ce désert que je nomme acédie et plus vulgairement "assez-dit". Ma plume, en mars dernier s'est perdue dans les plis des traînes de la Comtesse Greffulhe, la belle égérie me la rendrait-elle ? Voila que je me raccroche à ce même mois de mars pour un retour vers cette magnifique... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:52 - Commentaires [14] - Permalien [#]
samedi 5 mars 2016

Ma dévastée triomphante

Mes pas vers vous, Comtesse Élisabeth de Riquet de Caraman-Chimay, comtesse Greffulhe... qui donc, à part les lecteurs avertis de Marcel Proust, aurait pu connaî son existence ? Eux seuls savaient qu'elle fut l'un des modèles de la duchesse de Guermantes, symbole absolu de la brillante salonnière Parisienne d'une époque qui pour crépusculaire qu'elle fût est à jamais taxée de "Belle".Il y a fort longtemps, Madame, une exposition photographique de l'hôtel de Sully, et qui vous était consacrée, vous détacha définitivement en mon... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 05:04 - Commentaires [18] - Permalien [#]
mardi 16 février 2016

Il suffit de passer le pont

Hendaye, province basque du Labourd, la Bidassoa vient épouser la mer dans la baie de Txinguidi.Hendaye si près de l'Espagne qu'il suffit de passer un pont, à pied, pour aller boire un vermouth et sa traditionnelle olive dans ce bistrot frontalier, mi-ouvrier mi-canaille.Hendaye où nous arrivions en ce vingt-six janvier pour une semaine chez ma soeur qui y habite désormais. La réception du pays fut fastueuse, le temps d'une douceur printanière mit aussitôt nos pardessus parisiens en incohérence et, lors de la promenade autour de la... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 11:39 - Commentaires [15] - Permalien [#]

vendredi 1 janvier 2016

D'un an l'autre

Les volets clos laissent filtrer un reste de jour.Un jour de plus ou un jour en moins. Le dernier jour de l'an deux-mille-quinze.L'année s'en va, mystérieuse comme tous les cycles qui nous échappent mais dont le sens profond, inscrit dans les mémoires des hommes, et ce quel que soit le calendrier qui rythme leurs temps, ferme la porte sur le futur d'un présent mourant pour s'ouvrir sur le point d'interrogation de l'après qui se présente.Nous voudrions échapper à la recension des moments qui ont tissé les douze derniers mois, se... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 21:37 - Commentaires [18] - Permalien [#]
lundi 2 novembre 2015

Feuillets d'automne

Jour de Toussaint à Marrakech ; arrivés il y a trois jours sous un soleil radieux le calendrier met le temps au pas, avez-vous jamais vu ce jour de célébration autrement que pluvieux ? Même ici il ne saurait en être autrement.Je ne parvenais pas ces derniers temps en France à célébrer la splendeur d'un automne à son apogée, trop près du quotidien on peine à en restituer les couleurs, alors je mets à profit ces temps voués à l'intérieur pour me retourner sur ce proche passé.Lors d'un périple familial dans le sud-ouest, de Gironde en... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 18:54 - Commentaires [9] - Permalien [#]
jeudi 24 septembre 2015

Ma mère, cette inconnue

Tu étais fille de septembre Henriette. Du 22, et si tu ne nous avais quittés par un triste mai d'il y a six ans, tu aurais aujourd'hui quatre-vingt douze ans...Tu n'as jamais voulu être une vieille dame, l'expression seule te faisait horreur et, puisant dans les souvenirs de ta beauté qui fut grande, tu usais encore de ton pouvoir de séduction ; tu y croyais tant que nous y croyions tous. Et j'ai pourtant du mal à recréer ton image, oh pas celle des souvenirs anciens, les photographies les ont fixés à jamais dans la fausse vérité des... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 18:22 - Commentaires [23] - Permalien [#]
dimanche 30 août 2015

Tempêtes dans une tasse de thé

L'été de Charmes en l'Angle aura, dans tous les sens du terme, été chaud. Très chaud.L'été a été, oui, et qui bientôt ne sera plus...Mais revenons aux agitations qui ont secoué notre microcosme ces dernières semaines. La saison fut riche en événements, le moins important n'étant pas l'inauguration du bistro installée dans la sellerie ; eh oui, de chevaux point en la demeure, hélas ! mais de bonnes bouteilles de toutes sortes, oui ; alors adaptons les lieux aux singularités de ce pays-ci.   A deux reprises l'orangerie, aux... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:33 - Commentaires [8] - Permalien [#]