Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

jeudi 21 février 2008

Entre-deux

Entre Porte Saint-Denis et Porte Saint-Martin, s'échoue le boulevard de Sébastopol pour donner naissance au boulevard de Strasbourg.Lesdites portes matérialisaient la "frontière" entre le Paris intra-muros et les faubourgs, ceci à l'époque de Louis XIV ; ainsi, le passage sous les arcs de triomphe fait que de la rue Saint-Denis vous passez à la rue du faubourg du même nom, et de la rue Saint-Martin à la rue du faubourg Saint-Martin.(Entre tous ces saints on ne sait plus auquel se vouer)Entre la porte baroque à... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 11:52 - Commentaires [15] - Permalien [#]

lundi 11 février 2008

Deux ou trois choses...

... qui me restent d'elle. Je me remémorais, il n'y a guère, dans un billet dédié à Mazagan, El Jadida, mes débuts de jeune professeur, j'y évoquais avec émotion le souvenir de plusieurs de mes anciens élèves dont Fouzia T. Fouzia devait avoir une quinzaine d'années, elle était "immigrée" au Maroc de parents Syriens et, à ce titre, un peu marginalisée ; elle développa, en même temps qu'une vibrante sensibilité, un penchant résolu pour la solitude et la rêverie.Fouzia buvait mes paroles et j'étais ému par l'intensité... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 15:52 - Commentaires [16] - Permalien [#]
vendredi 8 février 2008

Frère en Ailleurs

Un soleil inhabituel d'un hiver sans nom traverse en caresses de feu les vitres des hautes fenêtres de mon Paris.L'esprit flottant, libéré du poids de la contingence, j'ai parcouru un livre, petit par la taille mais vaste par ce qu'il dit ; le livre d'un ami qui soudain est devenu frère parce que ses ailleurs sont mes ici et que ses étrangetés familières ressemblent aux envolées illimitées de mes quotidiens.Parce qu'un rien est le signe du Tout.Parce que rien n'est anodin, pas plus qu'innocent.Parce que les voyages les plus intenses... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 15:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 29 janvier 2008

La source

Il faisait froid en ce dimanche 27 janvier, très froid, mais le soleil, complice du gel riait de tous ses éclats glacés. Les rayons obliques de cette fin de matinée n'arrivaient pas à verdir l'étendue herbeuse mais chantaient sur le sol des contrastes de feuilles rousses et d'herbes saupoudrées ; les ombres portées des arbres zébraient la prairie entre étang et boqueteau et les feuilles mortes des charmes s'ourlaient de délicats festons de glace. Avant que d'entreprendre la remontée du petit cours d'eau qui alimente l'étang... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 19:03 - Commentaires [11] - Permalien [#]
jeudi 24 janvier 2008

Symétries réfléchies

Jour particulier pour moi que le 21 janvier, cette date m'était impartie dès bien avant ma naissance par l'émotion ressentie lorsque le couperet révolutionnaire immola inutilement un bon roi et, aussi, pour des raisons plus personnelles ; souvenez-vous... Ce dernier lundi, à Charmes, le temps du ciel, immobile et tout de fusions argentées, basculait vers l'eau de l'étang qui lui même semblait vouloir dissoudre ses eaux dans les airs ; en une réciproque offrande la voûte céleste et le liquide étal bousculaient la perception... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:07 - Commentaires [10] - Permalien [#]
mardi 15 janvier 2008

Benchaya

Le Maroc pays de potiers s'il en est, puise ce savoir-faire dans l'héritage immémorial du Moyen-Orient ; cet artisanat-art (difficile d'établir des frontières) atteignit son expression la plus parfaite à l'époque Andalouse et le répertoire varié à l'infini perpétue les mêmes codes jusqu'à aujourd'hui. Encore qu'il émerge de façon récurrente une expression individuelle et originale pour les pièces les plus émouvantes. Mais là n'est pas le propos de ce billet, cela viendra certainement un jour, bien que deux ou trois ouvrages de... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:44 - Commentaires [39] - Permalien [#]

mardi 8 janvier 2008

Humeur du 8 janvier 2008

Monsieur Talonette a parlé aujourd'hui, verbiage plein de trous, alignements de mots vides, syntaxe calamiteuse, redondances boursoufflées, slogans-truismes assénés mécaniquement, fausses confidences éventées, et j'en passe et des meilleures... Ce qu'il peut m'agacer, ce que je peux avoir honte d'être "représenté" par ce pantin qui est à la fonction présidentielle ce que les Spice Girls sont à la musique. Pourtant il faut lui reconnaître, dans son ambition d'aligner cette pauvre France, tombée si bas, au niveau des... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:50 - Commentaires [18] - Permalien [#]
dimanche 6 janvier 2008

Mazagan ; le vent. Avant.

D' El Jadida, la Nouvelle, ville marocaine et océane les racines plongent très loin jusqu'aux vestiges du ribat (monastère) de Tit là où la terre se noie dans l'Atlantique.Comptoir portugais, ceinte de remparts, la cité prit un nom aux origines obscures, Mazagan, et ce jusqu'à la fin du protectorat français où le nom ancien de "La Nouvelle" lui revint.Jeune coopérant, je débutai ma vie professionnelle à El Jadida en tant que professeur, j'y restai deux ans mais cette ville-sorcière m'est restée fichée en cœur et âme. ... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 02:45 - Commentaires [12] - Permalien [#]
jeudi 27 décembre 2007

Ouates diffuses

Bordeaux, surprenante et toujours si belle s'est parée d'ouate pour cette fin d'année, la ville n'émergeait de ses songes brumeux qu'en milieu de journée, et vers quatre heures de l'après-midi, elle revêtait sa robe couleur du temps, du temps qui passe, du temps qui brouille. Près de l'hôtel de ville du palais Rohan, la statue dédiée aux morts de je ne sais plus quelle guerre, elles se valent toutes en horreur,  érige dans un élan qui toujours m'a semblé ambigü, l'ange porteur d'âme de ce trépassé si charnel encore. La... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 22:14 - Commentaires [14] - Permalien [#]
mercredi 19 décembre 2007

Soleils givrés

Scintillante de soleils givrés, parcourue de bises glaciales aux cruelles morsures, l'année glisse vers sa mort annoncée et ses rites immuables.Les réveillons familiaux seront peut-être le théâtre des éclats engendrés par le mot de trop ou la parole mal interprétée, mais il y reste toujours ce désir de se sentir en famille et de dépasser les incidents par les besoins de don et de reconnaissance.De psychodrames en attendrissements, heureux ceux qui peuvent encore affronter l'épreuve. Un jour viendra où les courroux d'oncle Anselme, les... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:45 - Commentaires [17] - Permalien [#]