Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

mercredi 5 septembre 2007

France Kafka

Le prénom de ce Monsieur n'est pas France, et son nom n'est pas non plus Kafka. Ce jeune homme au sourire aussi lumineux que le regard est droit s'appelle Aziz B.Aziz est un ami, un vrai ami de longue date, que je me réjouis de voir bientôt, puisque ce prochain jeudi un zinc volant m'emmènera à Marrakech. Nous avons connu Aziz dans le restaurant face à la Koutoubia où, chef de rang, il anime le lieu comme si c'était sa scène de théâtre. Les propriétaires, tantôt Français tantôt Marocains se sont succédés, mais lui, et c'est son... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 10:44 - Commentaires [24] - Permalien [#]

jeudi 30 août 2007

Fin d'été

L'été se meurt avant même que d'avoir été... Les ondées incessantes ont eu raison des fruits et des légumes du jardin, ceux qui n'ont pas pourri sur pied ont été lavés de leur goût, l'étang se donne des allures de petit lac et, tout autour, la terre-éponge boit les pas des promeneurs.Il suffirait tout simplement d'un caïman et d'un grand félin sauvage pour se croire au pays de bayous. Bien heureusement, depuis quelques jours le soleil capricant de cette année nous nargue de son apparition tardive pour nous brosser un paysage... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:13 - Commentaires [12] - Permalien [#]
mercredi 22 août 2007

Frontières

Au moment ou juillet bascule en août,une vie, très chère, menacée, me confronte brutalement à l'inéluctabilité de certaines échéances ; le truisme éculé vous mue, à grand fracas intérieur, en boule d'angoisse et de peur.Nous restons toujours un enfant face à la peur des adieux. Une existence décline et, du côté opposé, du haut de ses six mois,  Angel le bien nommé, lance un sourire de soleil levant à cette nouvelle vie qui s'ouvre. Juste en cette période anniversaire, je retrouve une photographie du jour de mes vingt ans ;... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 11:57 - Commentaires [25] - Permalien [#]
lundi 6 août 2007

Anges-Eventails

Périple vacancier de Bordeaux en Béarn et Pays Basque.Incursion dans une Pamplona torride et sommeillante ; le fameux café "Iruña", l'un des plus anciens d'Europe et que fréquentait Hemingway, éblouit sans aveugler ; il n'y a pas, parmi les boiseries de sombre acajou sculpté, de dorures étincelantes, mais des gris argentés ou des argents enfumés, doucement irisés de tons de lichens ou d'algues. Les miroirs sombres brouillent les reflets des rares consommateurs en entités immatérielles et multiplient en abîmes opalescents les... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 12:22 - Commentaires [12] - Permalien [#]
samedi 28 juillet 2007

Les Dragons

Se lever la peur diffuse dans le corps, peur sans raison, peur insidieuse et insistante. Bourdonnement de mouches néfastes au creux d'oreilles méchamment sifflantes en une sourdine continue et obsédante.Fenêtre ouverte sur un paysage où l'horizon vous colle à la gueule comme s'il voulait, en abolissant les perspectives, vous plaquer au mur de la chambre.Fait'il beau ou fait'il gris ? Peu importe, le coeur, comme un pierre, vous dit qu'ils sont de retour. Ils sont là les Dragons, inopinément. Inexorablement, la journée leur... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:30 - Commentaires [29] - Permalien [#]
vendredi 20 juillet 2007

Erotisme chaste

L'appellation ne m'appartient pas mais je l'ai faite mienne. Deux courants artistiques, tous deux antiquisants co-existent, parallèles et étrangers l'un à l'autre, pendant la période néo-classique, à cet instant de l'Histoire où l'ancien monde  s'échoue sur les rives de l'ère nouvelle.Si le "grand genre héroïque", incarné en particulier par David, s' exalte de sacrifices à la Patrie en sonores marches guerrières, cette influence a cependant des limites ; cette forme d'art "Romaine" lasse certains esprits... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 11:53 - Commentaires [11] - Permalien [#]

mercredi 11 juillet 2007

Poids et mesures

Tout s'étalonne, se quantifie et notre civilisation de la compétition porte cette tendance à son paroxysme ; culture du Guiness, records en quantité, en poids, en hauteur, en largeur, en épaisseur, en vitesse etc. mais aucunement en qualité. Culte du record.Culture des "digest" et autres "quizz" : Quel est le sommet le plus haut du monde, l'océan le plus profond, la mare la plus peuplée en oies et, qui, gagna en 1895 le concours des épépineuses de groseilles ? (tiens celle-là je la connais, elle a sa plaque... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:28 - Commentaires [16] - Permalien [#]
vendredi 29 juin 2007

Jeu d'écritures

Ecrire me paraît résolument être un luxe ultime ; luxe non pas au sens dévoyé que lui donnent nos sociétés marchandes, mais en tant qu'attitude de résistance à la banalisation. La rédaction d'une lettre me semble être un acte d'insoumission à l'impérialisme de la vitesse, c'est, à mon sens, une preuve d'attention et donc de respect pour le destinataire, c'est en quelque sorte une preuve d'amour. Réservons donc aux formulaires administratifs, qui ne méritent pas mieux, l'usage de l'indigent stylo à bille... Je m'apprête, mon amie... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:55 - Commentaires [29] - Permalien [#]
mardi 26 juin 2007

Manière grise

Il pleut sur un Charmes que je m'apprête à quitter à peine y suis-je arrivé. Il pleut, et une ouate grise et dolente étire un temps cotonneux en immobilités languides.Je suis à court d'inspiration, et, appareil photographique en main, je parcours les différentes pièces quand, merci Madame ma Muse, mon regard est accroché par diverses figurations picturales, modestes et pourtant loquaces ; ces quelques gravures, grisailles, manières noires et autres fusains qui peuplent les murs des vieilles maisons attendant qu'un regard attentif... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 14:48 - Commentaires [8] - Permalien [#]
mercredi 20 juin 2007

La fin d'un monde

( Jean-Christophe retrouvera ici les traces d'une partie de l'itinéraire que nous avons suivi de concert ) Il gisait sur le bord de l'étang, son poids dans la main était infime mais son agonie m'a alourdi le coeur ; la mort, quelle qu'elle soit m'est scandaleuse.Le dernier souffle du béjaune, ténu et quasiment inperceptible ouvre le passage de la petite vie duveteuse vers l'ailleurs.Je déposai l'oisillon sur la branche basse d'un charme afin de le rendre, pour un certain temps, à son univers aérien. Sensiblerie me... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 15:44 - Commentaires [23] - Permalien [#]