Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

mercredi 10 octobre 2007

Carte postale

Méfiez-vous de vos "paysages mentaux" ils sont fragiles et fugaces ; en voici le témoignage.Je m'apprêtais à rédiger un billet sur les trésors méconnus de nos églises provinciales, quand, une carte reçue dans un courrier de Jean-Yves (dans mes liens) est venue s'imposer à toutes mes autres pensées et occuper de son insistance tout l'espace de mon esprit. Ainsi, ce billet lui est consacré, presque malgré moi.L'image répond à une pochade que je dessinai à l'encre violette sur un courrier que j'adressai à Jean-Yves, et figurant... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 15:56 - Commentaires [11] - Permalien [#]

mercredi 3 octobre 2007

Petit chat récessif

D'argent et d'ouate légère, Paris, dans sa tiédeur moite, offre aujourd'hui l'un de ses plus beaux visages. La tour Saint-Jacques, depuis de nombreuses années soustraite à nos regards derrière un invraisemblable échafaudage de métal et de bâches, a choisi, sûre de son effet, cette toile de fond, pour progresser à pas comptés dans le lent effeuillage qui peu à peu nous la restitue, fière de sa nouvelle blancheur.Du balconnet de ma chambre je suis le spectateur attentif de la résurrection progressive de cette silhouette emblématique... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 15:48 - Commentaires [22] - Permalien [#]
mercredi 26 septembre 2007

D'une mer l'autre

Mer de sablela réfection des égouts de Marrakech et les effluves méphitiques résultantes, ont rendu plus que joyeux ce départ vers le grand Sud, le seul erg important du Maroc à cinquante kilomètres de la frontière algérienne, Merzougga et ses fameuses "dunes roses".Abdelhadi, notre chauffeur et ami n'a, étonnamment pas, le culte de la vitesse, et c'est ainsi un véritable voyage et non une traversée que nous effectuons ; les yeux peuvent se repaitre tout leur saoul. Après l'Atlas, la chaleur est déjà forte et le store de... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:12 - Commentaires [13] - Permalien [#]
dimanche 16 septembre 2007

Sijilmassa

Arrivée quelque peu cahotique à Marrakech où la réfection totale des égoûts (et oui, la poésie n'est pas toujours la livrée du voyage...) rend les ruelles du derb plus improbables qu'un chemin de contrebandier. L'odeur méphitique semblerait insupportable si elle n'était abolie par le sourire des travailleurs de l'ombre dont la tête radieuse émerge des tranchées. Le miracle du Maroc c'est de transmuter l'orde en brillances et l'effort en lumière. Un long périple dans le grand sud rythmé de déserts de pierre, de dunes et de cités... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 12:43 - Commentaires [12] - Permalien [#]
mercredi 5 septembre 2007

France Kafka

Le prénom de ce Monsieur n'est pas France, et son nom n'est pas non plus Kafka. Ce jeune homme au sourire aussi lumineux que le regard est droit s'appelle Aziz B.Aziz est un ami, un vrai ami de longue date, que je me réjouis de voir bientôt, puisque ce prochain jeudi un zinc volant m'emmènera à Marrakech. Nous avons connu Aziz dans le restaurant face à la Koutoubia où, chef de rang, il anime le lieu comme si c'était sa scène de théâtre. Les propriétaires, tantôt Français tantôt Marocains se sont succédés, mais lui, et c'est son... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 10:44 - Commentaires [24] - Permalien [#]
jeudi 30 août 2007

Fin d'été

L'été se meurt avant même que d'avoir été... Les ondées incessantes ont eu raison des fruits et des légumes du jardin, ceux qui n'ont pas pourri sur pied ont été lavés de leur goût, l'étang se donne des allures de petit lac et, tout autour, la terre-éponge boit les pas des promeneurs.Il suffirait tout simplement d'un caïman et d'un grand félin sauvage pour se croire au pays de bayous. Bien heureusement, depuis quelques jours le soleil capricant de cette année nous nargue de son apparition tardive pour nous brosser un paysage... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:13 - Commentaires [12] - Permalien [#]

mercredi 22 août 2007

Frontières

Au moment ou juillet bascule en août,une vie, très chère, menacée, me confronte brutalement à l'inéluctabilité de certaines échéances ; le truisme éculé vous mue, à grand fracas intérieur, en boule d'angoisse et de peur.Nous restons toujours un enfant face à la peur des adieux. Une existence décline et, du côté opposé, du haut de ses six mois,  Angel le bien nommé, lance un sourire de soleil levant à cette nouvelle vie qui s'ouvre. Juste en cette période anniversaire, je retrouve une photographie du jour de mes vingt ans ;... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 11:57 - Commentaires [25] - Permalien [#]
lundi 6 août 2007

Anges-Eventails

Périple vacancier de Bordeaux en Béarn et Pays Basque.Incursion dans une Pamplona torride et sommeillante ; le fameux café "Iruña", l'un des plus anciens d'Europe et que fréquentait Hemingway, éblouit sans aveugler ; il n'y a pas, parmi les boiseries de sombre acajou sculpté, de dorures étincelantes, mais des gris argentés ou des argents enfumés, doucement irisés de tons de lichens ou d'algues. Les miroirs sombres brouillent les reflets des rares consommateurs en entités immatérielles et multiplient en abîmes opalescents les... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 12:22 - Commentaires [12] - Permalien [#]
samedi 28 juillet 2007

Les Dragons

Se lever la peur diffuse dans le corps, peur sans raison, peur insidieuse et insistante. Bourdonnement de mouches néfastes au creux d'oreilles méchamment sifflantes en une sourdine continue et obsédante.Fenêtre ouverte sur un paysage où l'horizon vous colle à la gueule comme s'il voulait, en abolissant les perspectives, vous plaquer au mur de la chambre.Fait'il beau ou fait'il gris ? Peu importe, le coeur, comme un pierre, vous dit qu'ils sont de retour. Ils sont là les Dragons, inopinément. Inexorablement, la journée leur... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:30 - Commentaires [29] - Permalien [#]
vendredi 20 juillet 2007

Erotisme chaste

L'appellation ne m'appartient pas mais je l'ai faite mienne. Deux courants artistiques, tous deux antiquisants co-existent, parallèles et étrangers l'un à l'autre, pendant la période néo-classique, à cet instant de l'Histoire où l'ancien monde  s'échoue sur les rives de l'ère nouvelle.Si le "grand genre héroïque", incarné en particulier par David, s' exalte de sacrifices à la Patrie en sonores marches guerrières, cette influence a cependant des limites ; cette forme d'art "Romaine" lasse certains esprits... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 11:53 - Commentaires [11] - Permalien [#]