Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

mercredi 1 mai 2019

Chroniques carpiniennes d'un dernier jour d'avril

Avril verse en mai agité de sautes d'humeur imprévisibles, chaleurs précoces suivies de gels imprévus qui assassinent les floraisons naissantes des magnolias, escapades de soleils brûlants en alternance avec pluies glaciales, il fait chaud, il fait froid, il pleut, il mouille ce n'est pas la fête aux crapauds saisis par la froidure en pleins ébats amoureux.
Heureusement, dans la semi-touffeur de la serre, le jasmin commence à embaumer plus généreusement que jamais.

27 avril 2019 (1)

Ce 30 avril, le temps, tant bien que mal, essaie de se montrer aimable ; temps propice à une promenade impromptue, chaussé de solides souliers de marche et bardé d'un blouson de cuir, selon les caprices du soleil, sera tour à tour ôté et ré-endossé.
En entrée de forêt, l'église continue sa cure de jouvence, il faut qu'elle soit prête et au sommet de sa séduction pour la messe annuelle du 18 août ; la vieille bâtisse composite au chevet médiéval, aux boiseries XVIIIe siècle et à la nef Restauration accueille enfin Fée Électricité qui nous permet, fait inédit, d'admirer encore, le soir ou par temps sombre, les tableaux fraîchement restaurés.
Notre vénérable Belle au bois dormant est enfin sortie de son long sommeil.

30 avril 2019 (2)

30 avril 2019 (5)30 avril 2019 (4)

A l'extérieur, c'est au tour des travaux d'assainissement de protéger les bases de l'édifice de la lèpre d'humidité qui rongeaient ses fondations depuis des lustres ; sortis de leur gangue de mousses et de moisissures, d'émouvants graffitis témoignent des générations de tâcherons qui ont contribué à préserver jusqu'à nous le bucolique lieu de culte.
La nouvelle municipalité s'est donnée pour mission de transmettre aux générations futures ce qui reste du patrimoine d'un village qui connut, grâce aux hauts-fourneaux, son heure de gloire aux temps de fer et de fonte.
J'avoue en tirer belle satisfaction. 

30 avril 2019 (6)30 avril 2019 (10)

30 avril 2019 (8)

Puis s'ouvre le grand vert, pas âme qui vive, des atavismes de crainte naissent de l'esprit vagabond qui louvoie de bruissements en solitudes ; "on" aurait aperçu un loup il y a de cela un an ou deux ; bon, ne laissons pas la folle du logis s'installer, je n'arbore aucun couvre-chef rouge et le beurre n'est pas mon fort. Et puis, je suis grand, non ?  Un chevreuil aboie sous le couvert de la sylve, la canopée bruit au gré des vents ; un ronronneent d'avion dilué dans le bleu, la-haut, nous ramène au présent.
Je constate l'immensité de mon ignorance devant la multitude d'espèces végétales insoupçonnées, il est des fleurs vertes comme leur feuillage, elles n'en sont que plus troublantes ; parmi les mille et une espèces de fleurettes qui enchantent les bas-côtés du chemin, le violet et le bleu dominent, la rutilance des pissenlits et des boutons d'or est réservée aux espaces découverts ; quelques violettes résistent timidement au creux des fossés, plus hardis, les myosotis dressent la douce insolence de leur azur sans pareil au-dessus du tapis herbeux.

30 avril 2019 (17)

30 avril 2019 (14)30 avril 2019 (19)

Là où le chemin se meurt au bord de mystérieuses et sauvages profondeurs, à l'heure où les ombres allongées annoncent la fin de l'après-midi, je rebrousse chemin ; une quiétude qui pourrait faire croire au paradis sur terre enchante les lieux d'une secrète et silencieuse musique de l'âme, comme une invite au bonheur.
De loin la cime dominante du grand hêtre pourpre me dit la proximité de ma demeure des bois, j'avance... languides les vaches animent de leur dolence les abords de la mairie et de l'église et j'accoste enfin aux rives de la grande maison par l'oblique des accès "cachés"

30 avril 2019 (21)

30 avril 2019 (24)30 avril 2019 (26)

La journée fut belle qui sonne le glas de l'avril pour nous ouvrir la porte de mai...

 

Posté par Henri_Pierre à 10:28 - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

  • Merci pour cette balade qui me rappelle de merveilleux moments partagés.

    Posté par Clairette, mercredi 1 mai 2019 à 11:09
  • Jasmin....

    oh mon HP ! Tu as dit "jasmin"..... et le parfum de ton jasmin est parvenu jusqu'à moi.... Ouiiii ! Ma véranda (qui est ma mini-serre à moi et mon atelier de barbouilleuse) abrite les trésors qui feront mon été magique... et le laurier-rose est en bouton, et le rebord de ma fenêtre (qui est mon mini-jardin) m'offre un pot d'oeillets odorant, et la couronne blanche de mon cactus... et dans le patio... le muguet (un peu timide)... et la menthe, et un petit fushia qui deviendra grand... Je t'embrasse fort.

    Posté par eva, mercredi 1 mai 2019 à 11:26
  • @ Clairette

    Eh bien la prochaine fois, nous récidiverons de concert

    Posté par Henri-Pierre, jeudi 2 mai 2019 à 07:33
  • @ Eva

    Chacun a le jardin à sa mesure, l'essentiel restant l'émerveillement devant les dons de la Nature.
    Tu es à ta façon une Sémiramis aux jardins suspendus

    Posté par Henri-Pierre, jeudi 2 mai 2019 à 07:36
  • De Mitzy sur facebook

    j'aime me promener avec toi .......et tes mots qui me parlent et me racontent ton havre de paix et un peu de toi, Merci !

    Posté par Henri-Pierre, jeudi 2 mai 2019 à 08:20
  • D'olivier B. sur facebook

    Oui, se concentrer sur la beauté des lieux, de la nature, des animaux et des humains, et de leurs œuvres, sur la saveur des choses, sur les parfums qui nous rappellent notre enfance, sur la musique des sphères... Oui, cultivons candidement notre jardin — Ce que tu fais si bien, cher Henri-Pierre !

    Posté par Henri-Pierre, jeudi 2 mai 2019 à 08:21
  • De Pierre Perrin sur facebook

    « Je constate l'immensité de mon ignorance devant la multitude d'espèces végétales insoupçonnées, il est des fleurs vertes comme leur feuillage, elles n'en sont que plus troublantes ; parmi les mille et une espèces de fleurettes qui enchantent les bas-côtés du chemin, le violet et le bleu dominent, la rutilance des pissenlits et des boutons d'or est réservée aux espaces découverts ; quelques violettes résistent timidement au creux des fossés, plus hardis, les myosotis dressent la douce insolence de leur azur sans pareil au-dessus du tapis herbeux. » C’est un hymne sous ta plume électronique, Henri-Pierre. Bon premier mai paisible.

    Posté par Henri-Pierre, jeudi 2 mai 2019 à 08:22
  • des fleurs de souvenir

    Forget-me-not à la veille de Lily of the valley, parfum de nature
    Bises

    Posté par Marie, jeudi 2 mai 2019 à 20:16
  • @ Marie

    Il pleut, aujourd'hui.
    Mais oui, c'est quand même le printemps.
    Marie est revenue.
    Je l'embrasse

    Posté par Henri-Pierre, samedi 4 mai 2019 à 16:02
  • ça pousse

    je plante
    je surveille les escargots qui ont tendance à aimer mes jeunes fleurs
    ils jeunent dans un pot
    je ne sais pas quoi en faire !!!
    les forts vents ont fait tomber mes cerises
    le jasmin pousse
    et je retente les géraniums
    et je t'embrasse mon frère des grandes prairies

    Posté par jeanne, jeudi 9 mai 2019 à 18:11
  • @ Jeanne

    Ma sœur, ma Proche-Lointaine.
    Merci de ton passage ici, je viens à mon tour respirer en ton jardin où de coeur et d'âme, je t'embrasse.

    Posté par Henri-Pierre, vendredi 10 mai 2019 à 08:47

Poster un commentaire