Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

jeudi 4 avril 2019

Tolérance, petit billet de circonstance

Ce début de printemps à Marrakech tangue entre déluges et soleils, entre fraîcheur et canicule, les mots de Lyautey, qui me parut un temps dénué de sens, prend toute sa signification : " Le Maroc est un pays froid chauffé par le soleil"
Mais ne craignez rien, cher lecteur, mon propos ne sera ni un traité sur les climats, n'est pas Montesquieu qui veut, pas plus qu'un voyage touristique en ce pays aux charmes pittoresques et variés dont il est si prodigue.

Franchissons cependant les portes de Dar el Bacha ce superbe palais construit à l'aube du XXe siècle par le seigneur Thami el Glaoui, nommé Pacha par la grâce du Sultan Moulay Youssef qui dut s'en mordre les doigts suite à l'ingratitude félonne du puissant et ambitieux personnage.

1 31 mars 2019 (33)

Restauré, ce somptueux édifice, qui, s'il n'a pas la pureté classique du "grand art" marocain des siècles précédents, éblouit par la profusion ornementale aux couleurs éclatantes, peut-être même un peu trop "voyantes".
Mais, là n'est toujours pas le sujet, je ne vous imposerai pas une docte monographie des lieux. Venons-en plutôt au fait, le prestigieux endroit est devenu musée des confluences.
Les expositions, très courues, font la part belle à toutes les cultures du monde dans un but de connaissance et de dialogue, actuellement les vitrines exposent les collections de cette Américaine, avant tout citoyenne du monde, que fut Patti Birch.
Nous touchons au but, c'est à cette notion de chassés-croisés d'influences croisées de cultures diverses, à cette "conversation des esprits" présidée par les arts, que je voulais en venir.
Résumons en un seul mot : tolérance.
Je ne prendrai qu'un seul exemple pour illustrer mon propos : la salle dédiée aux artefacts juifs du Maroc, revendiqués comme un héritage essentiel.
Oui, un musée, tout récent, d'un pays musulman, fait la part belle à la culture juive.

Les vitrines proposent des objets variés liés à tous les actes de la vie de la communauté, bijoux des jours de fête comme cet ornement de tête flanqué d'imposants anneaux d'oreille, cultuels telle cette lampe d'Hanouka à usage domestique ou utilitaires à l'instar de ce portefeuille de velours aux broderies d'or.

1 31 mars 2019 (48)

1 31 mars 2019 (50)1 31 mars 2019 (49)

D'autres vitrines nous emmènent hors de la sphère privée pour nous dévoiler les livres et les objets saints, richesses des intérieurs des synagogues ; je vous en propose ici quelques témoignages comme les Sifrei Torah, (rouleaux de la Thorah ou Pentateuque) et les embouts précieux qui les enrichissaient.

1 31 mars 2019 (51)

1 31 mars 2019 (54)1 31 mars 2019 (55)

 

Et voila, venons-en à la conclusion de ces modestes lignes, qui n'est rien d'autre qu'un message de paix et de tolérance reçu, ici, à Marrakech au moment même où dans une France déboussolée resurgissent les vieux démons des racismes et de l'antisémitisme.
A l'heure où les portraits de Simone Veil sont profanés de croix gammées et où la tombe de Man Ray est saccagée, grâce à ce musée d'un pays musulman, je retrouve, enfin, une lueur d'espoir en l'homme.

Posté par Henri_Pierre à 12:44 - Commentaires [16] - Permalien [#]

Commentaires

  • Un billet plein d'espoir ! ça fait du bien.

    Posté par Clairette, jeudi 4 avril 2019 à 12:55
  • Espérance en la tolérance

    C'est bien cette espérance en la tolérance des hommes qui permet, aujourd'hui, d'affronter les heures sombres que nous vivons. Qu'ils soient antisémites, racistes homophobiques, sexistes... les actes répétés de ces derniers mois pourraient facilement attiser la haine et le chaos. Face à cela, soyons plus forts et plus soudés que jamais. Chérissons la mixité et la richesse de toutes les cultures, de toutes les religions, de tous les modes de vie. Contre l'obscurantisme, éclairons-nous à la lecture des penseurs et des rêveurs. Parons nos ignorances de belles plumes, comme la tienne bel ami. Merci de nous redonner espoir

    Posté par Giorgino, jeudi 4 avril 2019 à 14:09
  • Les musées au Maroc sont étonnants et merveilleux. Le Roi du Maroc pendant la dernière guerre mondiale a protégé ses ressortissants juifs et les Marocains sont très fiers de cela.
    Si quelqu'un au Maroc s'avisait de taguer une tombe ou n'importe quel monument, il serait "sévèrement puni"... Les Marocains pensent ce qu'ils veulent, mais se gardent bien de le dire... En France la liberté a passé les bornes du raisonnable : on dit n'importe quoi, on tague, on casse, on salit, on éructe... sans crainte de la moindre punition... c'est la nouvelle liberté ! Et moi, je suis bien pessimiste une fois de plus... Désolée, je ne crois plus en rien... probablement aussi parce que j'ai grand besoin de prendre l'air...

    Posté par eva, jeudi 4 avril 2019 à 15:17
  • La tolérance est fluctuante...
    Ne t'en fais pas.
    Il suffit d'un petit con dans un village pour semer la panique.
    Les États ont des intérêts...
    Bises

    Posté par Catherine D, jeudi 4 avril 2019 à 15:46
  • Optimismo

    Siempre hay que ver el lado positivo de las cosas. A cada momento hay que darle su justo valor y tienes la sensibilidad de reconocer la tolerancia en ese precioso museo. Un enorme placer leerte querido Enrique

    Posté par Macu, jeudi 4 avril 2019 à 21:12
  • @ Clairette

    Oui, il faut respirer ce qui reste d'air pur autant que se peut

    Posté par Henri-Pierre, dimanche 7 avril 2019 à 16:10
  • @ Giorgino

    Merci mon si cher Bruno de la sensibilité avec laquelle tu abordes mes petits écrits.
    Oui, il faut se souder contre la haine, l'endoctrinement et la fureur, par tous les moyens, écrits ou paroles ou gestes. Et avec pour maître mot, un regard d'empathie et d'humanité sur le monde chaotique d'aujourd'hui.

    Posté par Henri-Pierre, dimanche 7 avril 2019 à 16:14
  • @ Eva

    Je sais que tu crois encore, ma chère et fidèle amie, tu es en creux de vague sûrement, comme souvent il m'arrive aussi, mais un jour, inopinément, la vie t'offre un sourire, comme un viatique pour affronter les tempêtes ou les marasmes à venir.

    Posté par Henri-Pierre, dimanche 7 avril 2019 à 16:16
  • @ Catherine D

    Il y a partout des petits cons, mais il y a aussi, partout, de belles âmes

    Posté par Henri-Pierre, dimanche 7 avril 2019 à 16:17
  • @ Macu

    Si, prima querida, saber ver lo bueno es apoderarse de farolitos que te guian en las oscuridades que siempre tendremos que atravesar

    Posté par Henri-Pierre, dimanche 7 avril 2019 à 16:19
  • De Mitzy sur facebook

    la tolérance quel joli mot illustré par tes propos

    Posté par Henri-Pierre, dimanche 7 avril 2019 à 16:21
  • d'Eve Sauze-Capel sur facebook

    Peut-être le fait qu'il y ait eu et qu'il y ait encore de nombreux juifs au Maroc. Mais ne laissons pas cette tolérance juste dans les murs d'un musée. Merci de nous rappeler, cher Henri-Pierre, que ce mot existe encore

    Posté par Henri-Pierre, dimanche 7 avril 2019 à 16:22
  • En plus de mes "expressions" mon métier du dessus est responsable de niveau 1ère dans un lycée.

    Alors oui, il s'agit bien de continuer ce combat constant cette lutte de l'esprit contre les fausses idées que l'on a rentré dans les crânes et au quotidien par les mots inlassablement reprendre leurs expressions toutes faites sur ces questions essentielles.

    Car de nos jours ce ne sont plus seulement des stéréotypes mais la réalité : la tolérance se perd... beaucoup se retrouvent et se perdent dans leurs bulles portables réseaux sociaux où c'est la haine et la bêtise qui prédominent et non la raison le simple amour de soi et la pensée à communiquer et à partager avec les petits plaisirs que nous offrent l'existence (communautés refermées sur elles-mêmes sans être capable d'offrir le partage... religions avec des croyants qui oublient ce qu’ils furent ou plutôt qui se tendent vers leurs extrêmes sans aller au plus profond de ce que l’Écriture de chacune professe...

    Beaucoup se retrouvent sans ces repères qui devraient permettre notamment d'avoir toute la distance nécessaire pour comprendre que L’Étranger c'est nous aussi...

    A lire un recueil de poésie "Un étranger, avec, sous le bras, un livre de petit format" de Edmond Jabès, un immense poète juif qui n'a cessé de questionner l'écriture au fil de ses vocables.

    Henri-Pierre

    Je recopie ce que j'ai répondu pour votre commentaire laissé sur mon blog.

    Merci beaucoup Henri-Pierre venant de vous c'est un compliment j'ai aussi découvert le vôtre sur lesquels de temps à autre je me jette et vos histoires vos trouvailles notamment avec vos mains posées sur son livre de ce poète Omar El Malki m'avait forcément parlé : des mots d'une pureté d'acier avec des dessins noirs que vous tiriez de son recueil "Le crieur".

    Je n'osais pas encore vous laissez de commentaires. Maintenant que vous me rejoignez je n'aurais plus d'excuses de mon côté...

    A bientôt donc.

    N'hésitez donc pas vous aussi au détour de ce que je poste d’abandonner aussi vos propres mots vos sensations.sur ce que laisse dériver peu à peu sur celui-ci.

    Posté par eric, mercredi 24 avril 2019 à 09:07
  • @ Eric

    Merci tant pour ces lignes dont pas un seul qui n'ait de résonance en moi et bienvenue dans mon monde pas si virtuel que ça, l'expression ici étant souvent moins contrariée que lors d'un "dîner en ville" par exemple.
    A très bientôt donc et je vais vous ajouter à mes liens.

    Posté par Henri-Pierre, mercredi 24 avril 2019 à 14:09
  • Effectivement votre blog n'a rien de virtuel car ce sont vos mots avec leurs poids qui y résonnent comme aussi ces témoignages de votre passé du passé tout court du temps d'hier qui s'entrelacent avec celui d'aujourd'hui... Que vous nous laissez découvrir peu à peu.
    J'aime énormément votre écriture qui s'étend qui se développe et qui s’inscrit dans une temporalité bien à vous.
    Alors merci à vous pour cet ilot de mots et d'images qui nous laissent enfin le temps de penser.

    Posté par eric, mercredi 24 avril 2019 à 15:04
  • @ Eric

    Grand merci, cher Éric, de votre bienveillante acuité.
    Mes mots ne sont dictés que par l'amour des mots, le goût des autres et la sincérité.
    A bientôt

    Posté par Henri-Pierre, jeudi 25 avril 2019 à 15:22

Poster un commentaire