Le blog de HP

Au fil de mes paysages mentaux

mercredi 31 mai 2006

Et le temps...

... suspendit son vol ! Une voiture tout terrain, les pistes improbables de l'Atlas, et, loin des circuits touristiques balisés, le Maroc immuable dans son quotidien paysan vous assaille d'émotions que l'on croyait enfouies dans les enfances de nos aïeux.On est plongé dans l'univers des cartes postales anciennes qui restituent dans leur couleur passée le monde de la glèbe et des angélus.Mais ici, c'est vivant et le soleil règne en maître. Ce sont les muezzins qui égrènent le temps. La chaîne irréelle de beauté, recèle des... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 18:00 - Commentaires [12] - Permalien [#]

mardi 23 mai 2006

Soleils

Il fait très chaud à Marrakech, un temps anormalement estival.Les saisons ont une curieuse tendance à se jouer des conventions, le temps donne aux temps des couleurs insolites. Dimanche dernier messe exceptionnelle, célébrée par l'Archevêque du diocèse de Rabat lui même.Magie quasiment onirique dans cet édifice baigné de lumière de la vision de la crosse et de la mitre. Journée rouge, les habits sacerdotaux de ce sixième dimanche après Pâques étaient rouges, la lumière diffusée par les vitraux "syriens" rouges submerge... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 20:35 - Commentaires [17] - Permalien [#]
jeudi 18 mai 2006

Menu rapide

Voilà, dans quelques heures je quitte Paris et m'envole pour Marrakech ; en attendant mon retour du 30, petit tour d'horizon sur ce que cette transhumance métronomique comporte : Ce que je quitte Paris et mon lit, près de mon lit, ma table de chevet et les objets-fétiche qui m'accompagnent depuis si longtemps.Dans l'ordre d'irruption dans ma vie : Un chat qui n'a jamais eu de nom, mais c'est MON chat, il date d'époque archéologique, j'avais deux ans, lors d'un goûter d'enfants,la Comtesse de la Vega me l'offrit. Mes... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 14:10 - Commentaires [11] - Permalien [#]
mardi 16 mai 2006

Médéric

Il n'est pas question de passer pour un terrien attaché à son lopin, et moins encore pour un citadin vaguement rousseauïsant (tiens, ça existe ce qualificatif ?) se délectant du chatouillis émotionnel d'une nature si jolie à regarder.Je ne suis pas non plus Marie-Antoinette à Trianon. Donc, aujourd'hui, séquence mondaine... C'était ce dernier mardi 12, l'anniversaire d'un ami très cher : Bruno M. Rue Médéric, magnifique local classé de l'Ecole Hôtelière. Architecture des années trente glissant vers la nouvelle grammaire... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:34 - Commentaires [11] - Permalien [#]
vendredi 12 mai 2006

Au fil de l'eau

L'étang de charmes n'est pas étal, un léger courant le parcourt : il est alimenté par une source et se déverse dans une petite rivière, le Blaiseron. Au début du printemps j'ai remonté le cours d'eau nourrissier jusqu'à la source le long de la bande de terrain laissée en friche entre la rive et un champ ensemencé.Les herbes et plantes drues donnent conscience à chaque pas, sous les pieds roulent les pierres et les résidus de minerai rendus cristallins par la fusion et qui remontent des entrailles de la terre pour nous rappeler que... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 17:28 - Commentaires [11] - Permalien [#]
mercredi 10 mai 2006

Hantise

Il n'est pas pensable pour moi d'habiter un endroit neuf, je ne m'impose pas dans un lieu, j'aime m'insérer dans un continuum, être un maillon d'une chaîne, et, de ce fait je n'ai jamais vécu que dans des lieux "chargés", des endroits qui ont une âme.Mon sens de la propriété est très relatif, je suis convaincu qu'on ne possède jamais rien, nous sommes simplement dépositaires pour le temps qui nous est imparti. Cette certitude me fait vivre légèrement les lieux auxquels je suis le plus attaché, ils étaient avant moi et seront... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 16:53 - Commentaires [19] - Permalien [#]
vendredi 5 mai 2006

Esperpento

Puisque on tourne autour des singularités ibériques, il est un trait de caractère hispanique qui n'a pas son équivalent ailleurs, du moins je le pense : el esperpento. Le terme est intraduisible, aussi vais-je tenter de l'expliquer.Esperpento est la forme la plus radicale de la pudeur ; sous couvert de la provocation la plus brutale, on profane publiquement ce qui vous est le plus cher et le plus intime. Y compris soi-même.Ultime masque que celui de la blessure proclamée que l'on inflige à ce qui vous touche, vous émeut le... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 11:17 - Commentaires [13] - Permalien [#]
jeudi 4 mai 2006

Bêlements sanglants

L'âme hispanique, dont je suis en partie héritier, a ceci de singulier à mon sens, qu'elle se définit par un affrontement sans fin de contrastes qui, au lieu de disperser la personnalité, convergent vers une cohérence où la richesse des couleurs et la vibration exacerbée des tensions tiennent lieu d'harmonie. Les extrêmes architecturaux co-existent et, le même siècle verra s'ériger en même temps que l'austère et hautain Escorial les applications baroques les plus improbables. Curieux témoignage justement que celui de l'Escorial,... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 11:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 1 mai 2006

Spiritualités et mômeries

Nous sommes, nous, Européens, en rupture avec nos sources depuis que la Raison s'est imposée de façon totalitaire à la Perception, à la Croyance et donc, aux symboles fondateurs de notre civilisation.. Si, poussivement et scolairement, tout le monde connaît la mythologie gréco-romaine, Egyptienne et voire Mésopotamienne, pour qui est encore vivant le message des figurations chrétiennes ? Les religions à force de dogmes normatifs et de rites sclérosants se sont coupées de leurs forces vives et ont creusé elles mêmes les fosses de... [Lire la suite]
Posté par Henri_Pierre à 23:44 - Commentaires [14] - Permalien [#]